Savoir-faire

AAAAA

La lettre A mesure la longueur, la luminosité et la couleur de la fibre. C’est une notation très exigeante établie par les éleveurs de moutons des Queensland en Australie, d’où provient la laine à partir de laquelle cette qualité est développée. Les moutons qui produisent cette laine sont habillés leur vie durant de petits manteaux de jersey qui préservent leur laine des agressions du soleil et de la pluie. La laine reste alors bien blanche, lumineuse, et la fibre sans accroc permet de filer un fil très fin et très régulier. Un de ces moutons a besoin d’un quart d’hectare pendant un an pour produire suffisamment de laine pour faire deux costumes.

Baleine

À l’origine, les baleines étaient des lamelles cornées provenant des fanons de la baleine. Employées autrefois pour rigidifier certains vêtements notamment les corsets, on les retrouve aujourd’hui dans les soutiens-gorge et dans le col des chemises.

Bermuda

Plus long que le short, le bermuda s’arrête au genou et est originaire des Bermudes. Il est plus particulièrement issu de l’uniforme des policiers locaux qui, compte tenu du climat chaud, ont adopté ce genre de short long.
De la fin du XIXème siècle au milieu du XXème siècle, le bermuda existe déjà mais est réservé aux enfants et s’appelle « culotte courte ».

Blazer

Le blazer est à l’origine une veste croisée, le plus souvent bleu marine, inspirée des vestes de la Marine du XIXème siècle, puis des vestes de club. Le terme « Blazer » viendrait de celui du nom d'une frégate britannique, le HMS Blazer, dont le capitaine avait fait fabriquer des vestes marine pour son équipage.

Caban

De son nom arabe «qaba», les Bédouins du désert sont les premiers à le porter. Puis au XVIIIème siècle, pour éviter de prendre l’eau, les navigateurs européens se mettent à porter ce vêtement taillé dans un drap de laine très épais appelé caban.
Son col large leur recouvrait entièrement la nuque tandis que le double boutonnage ventral et les poches poitrine où ils pouvaient facilement glisser les mains les protégeaient du vent et du froid. À mesure que le caban se répand dans la société, le motif des boutons formant une ancre disparaît.
Le caban est aujourd’hui un essentiel mode du dressing masculin.

Cachemire

Le cachemire est issu de la toison d’hiver d’une petite chèvre de la région du même nom, située entre l’Inde, le Pakistan et la Chine. La laine longue, soyeuse et extrêmement fine de cette chèvre en fait sa qualité et son renom.
Collecté au printemps, ce duvet est traditionnellement blanchi avec une préparation de farine de riz avant d’être lavé et tissé. La province du cachemire travaille cette laine depuis le premier millénaire avant JC.

Capucin

La patte capucin désigne la bande de tissu permettant de renforcer l’ouverture du bas de la manche, près du poignet.

Cardigan

Le cardigan est un gilet à boutons, généralement en laine. Ses origines remonteraient au début du XIXème siècle, au Pays de Galles, lorsque le comte de Cardigan, se sentant à l’étroit dans son pull-over, l’aurait fendu à l’aide de son sabre.

Caviar

Désigne une armure (mode d’entrecroisement des fils) dont les fils de trame et les fils de chaîne dessinent un motif rappelant les grains de caviar.

Chanvre

Le chanvre est une fibre naturelle résistante. Cette dernière provient de l’extérieur de la tige du chanvre. C’est également une fibre thermo-régulante, lorsqu’il fait chaud elle absorbe la chaleur et la libère lorsque la température baisse. Le frottement des fibres de chanvre ne crée pas d’électricité statique comme peuvent le faire d’autres tissus.

Chevron

Désigne une armure (mode d’entrecroisement des fils) dont les fils de chaîne et les fils de trame se croisent de manière à dessiner des côtes
en V.

Club

Le motif club de la cravate est originaire d’Angleterre et date du milieu du XIXème siècle. A cette époque, les clubs de sport utilisaient leurs « couleurs » sur leurs drapeau, blazer, casquettes et cravates. Nous pouvons citer pour exemple les rayures rouges, vertes et blanches du « Free Foresters Cricket Club ».
Les régiments avaient le même usage et déployaient ainsi également leurs couleurs sur leur cravate. Les rayures rouges et bleues de la « Brigade of Guards » en sont une illustration célèbre. Ce motif à rayure eut particulièrement de succès après la 1ère guerre mondiale car les soldats aimaient montrer qu’ils avaient combattus.
Si initialement cravates clubs et cravates de régiment étaient différentiées, il est d’usage aujourd’hui de parler de motif club pour toutes les cravates à larges rayures diagonales contrastées.

Col de chemise

Col de veste

Coton Egyptien

Depuis le 12ème millénaire avant JC, les égyptiens connaissent le coton, le cultivent et l’utilisent pour fabriquer des vêtements légers adaptés au climat chaud de la région.
La vallée du Nil dispose des conditions d’humidité et de richesse des sols propices à la croissance d’un coton d’une qualité exceptionnelle.
En effet, le coton égyptien a une longueur de fibre deux fois supérieure à celle des autres espèces. Les fils obtenus sont donc solides, brillants et doux. Ils sont également très absorbants et la teinture perdure ainsi mieux dans le temps que sur les autres catégories de coton.

Cravate

La cravate apparaît en France au XVIIème siècle, portée à l’origine par des soldats pour se protéger du froid. Elle va s’imposer en France puis en Europe pour remplacer les jabots de dentelle. Elle va suivre beaucoup de modes différentes avant de devenir le modèle que nous connaissons aujourd'hui.
Ornée de rubans et de dentelles sous Louis XIV, on lui ajoute un ruban noir entourant le cou et maintenant les cheveux derrière la tête à la fin du XVIIIème siècle. Au XIXème siècle, elle devient très bouffante en France et blanche avec des nœuds complexes en Angleterre. L’ancêtre de notre cravate actuelle, appelée « cravate Régate » naît peu de temps après, répondant à la difficulté de nouer ces accessoires.

Double retors

Il s’agit d’un fil fin, torsadé avant d’être tissé. Le double retors confère ainsi plus de solidité mais aussi plus de souplesse et de confort. Souvent utilisé pour les chemises, on peut également le retrouver dans certains costumes.

Doudoune

Vêtement technique initialement destiné aux sports d’hiver, la doudoune devient aujourd’hui chic et urbaine.
La doudoune aurait été créée par un ingénieur en aéronautique allemand, Klaus Obermeyer, ayant ouvert une école de ski à Aspen (USA) et désireux de faire découvrir la joie des sports d’hiver à la haute société américaine. Le froid sur les pistes faisant fuir ses clients, Klaus Obermeyer découpe son duvet pour le transformer en veste matelassée. C’est un succès immédiat, et 75 duvets supplémentaires sont aussitôt commandés afin d’habiller ses clients.

Drap

Désigne une armure (mode d’entrecroisement des fils) de laine dont les fils de trame et les fils de chaîne sont tissés très serrés, ce qui permet d’obtenir un aspect feutré et laissant apparaître le grain initial du tissu suite aux opérations de finissage.

Fil à fil

Désigne une armure (mode d’entrecroisement des fils) d’aspect chiné, obtenu en entrelaçant successivement un fil clair et un fil foncé.

Fil de réserve

Le « fil de réserve » est le petit fil présent dans la triplure de nos cravates. En tirant dessus, la cravate disposée à plat bien tendue, reprend sa forme initiale. En effet, il est normal dans le cas d’un montage traditionnel qu’après plusieurs nœuds réalisés sur une cravate, la soie et la triplure puissent vriller légèrement.

Flanelle

La flanelle est un tissu en laine ou coton, peigné ou cardé et gratté d'un ou des deux côtés. Elle est caractérisée par sa douceur au toucher et son aspect duveteux, obtenu par le lavage du tissu en fin de production. Les origines de ce tissu remontent au XVIIIème siècle, lors de l’apparition des premiers métiers à tisser, en Grande-Bretagne et dans les Flandres. La flanelle présentait alors un aspect moucheté car les fils de laine utilisés étaient naturels et non teints.

Ganse

Il s’agit d’un liseré de tissu de laine, de coton ou de soie avec lequel on borde une étoffe.

Gilet

Le gilet d'homme voit le jour au XVIIème siècle. C'est alors une veste qui se porte sous l'habit. Mais au XVIIIème, les habits se rétrécissant, la veste perd ses manches pour devenir le gilet que l'on connaît. Le plus souvent réalisé dans les étoffes raffinées sur le devant, en soie brodée d'or ou d'argent, on réservait au dos du gilet des toiles plus communes. Avec la veste et le pantalon actuels, le gilet compose aujourd'hui le complet ou costume trois pièces traditionnel du vestiaire masculin.

Gorge de chemise

Hirondelle

Cette petite pièce de tissu de forme triangulaire est aussi appelée mouche ou cavalier. Elle renforce l’assemblage de la couture de chaque côté des bas de chemises.

Jauge

Elle mesure le nombre de mailles et de rangs tricotés sur 1 pouce et demi (soit 38 mm). Ainsi, plus le numéro de la jauge est grand, plus la maille est fine. Les jauges varient en général entre 3 et 18.

Jersey

Tissu tricoté de laine ou de coton, le jersey tire son nom de l’île du même nom où il a été créé au moyen âge.

Laine Mérinos et laine Mérinos extrafine

Provenant de la race de moutons Mérinos, cette laine est reconnue comme une laine de mouton de qualité supérieure, apportant chaleur et légèreté. Principalement originaire d’Australie et de Nouvelle-Zélande, elle se caractérise par ses fibres trois fois plus fines que la laine traditionnelle, sa luminosité et sa douceur. L’épaisseur des fibres définit les caractéristiques de qualité de la laine. La laine mérinos a une grosseur de fibre comprise en 15 et 20 microns. Chez les moutons traditionnels dont la laine est utilisée la plupart du temps, elle varie de 30 à 50 microns. Plus le fil est fin plus belle et luxueuse est la qualité, on parle ainsi de Laine Merinos Extrafine pour les fils les plus fins (17 microns).

Laine Turbo 180

La laine Turbo 180 est produite à partir de laine AAAAA et a reçu un finissage spécial qui lui confère un aspect soyeux et luxueux, rendant le tissu exceptionnellement doux et léger.

Laine Vierge

Fibre de la toison du mouton ou de l’agneau qui n’a pas été précédemment filée ou feutrée, ni précédemment incorporée à un produit fini. Elle provient exclusivement de la première tonte ou du délainage de peaux de mouton et ne contient que 0,3% d’impuretés. Ceci exclut les laines de récupération.

Mercerisé

Le coton mercerisé est un coton ayant reçu un traitement inventé en 1844 par John Mercer, permettant d’augmenter sa brillance, sa force, sa capacité d’absorption de la teinture et son seuil de résistance aux moisissures.

Mignonette

La mignonnette est un tissu à rayures contrastées qui, dans le respect de la tradition tailleur, sert à doubler les manches des vestes.

Mohair

Fabriquée à partir de la toison de la chèvre Angora d'Asie Mineure, cette fibre est dotée d'un pouvoir isolant du froid comme du chaud. Elle permet la confection d'étoffes légères. Elle entre également dans la composition de certains draps de costume, ce qui en améliore la douceur.

Natural stretch

Tissu composé à 100% de laine, c’est son mode de tissage qui lui confère un aspect élastique et souple au porté.

Nœud papillon

Le nœud papillon est un dérivé de la cravate qui, au XIXème siècle, était enroulée plusieurs fois autour du cou et nouée sur le devant, afin que ses pans ne retombent pas sur la chemise. C’est en 1904, à la suite du succès de l’opéra de Giacomo Puccini « Madame Butterfly » (que l’on peut traduire par « Madame Papillon »), que les hommes, portant cet accessoire à deux coques rappelant la forme d’un papillon pour se rendre à l’opéra, le renomment
« nœud papillon ».

Passepoil

C'est une petite bande de tissu pliée en deux sur sa longueur et découpée en biais pour être prise dans une couture. Utilisé pour des boutonnières ou des poches, le passepoil apporte une finition soignée.

Peau lainée

La laine de mouton ou d’agneau, rasée ou naturelle, est conservée à l’intérieur du manteau, l’extérieur étant quant à lui poncé afin d’obtenir un aspect velours, ou huilé.
Les qualités de peau lainée dépendent du climat dans lequel vivent les animaux. En effet, dans un climat chaud la peau sera mince et la laine sera plus fine, donc plus qualitative, tandis que dans un climat froid la laine sera plus épaisse.

Pied de coq

Désigne une armure (mode d’entrecroisement des fils), très similaire au pied de poule à la différence que son motif est de plus grande taille

Pied de poule

Armure croisée, généralement noire et blanche, ce tissu évoque l’empreinte d’une patte de poule. Originaire d’Angleterre, le pied-de-poule avait été créé afin d’imiter le reflet d’une armure. Très en vogue dans les années 50, ce motif était particulièrement destiné aux vestes et tailleurs, mais aussi utilisé pour recouvrir des sièges de voiture. Encore aujourd’hui, ce tissu ne cesse d’être détourné et revisité dans les vestiaires féminins et masculins.

Piqué

Tissu de coton avec deux fils de chaine, l’un tendu l’autre souple, et deux fils de trame. La différence de tension des fils de chaine crée les reliefs spécifiques au piqué, pouvant prendre la forme de losanges, carrés ou points. Ces reliefs confèrent également au piqué son moelleux et sa fraicheur.

Plastron

Le plastron est une pièce de tissu fixe ou amovible sur le devant de la chemise recouvrant la poitrine. Dans l’Amérique des chercheurs d’or, la chemise à plastron étaient utilisée par les cow-boys et les officiers de la cavalerie, mais aussi par les hussards et les hommes du monde. L’esthétisme du plastron soulignait ainsi
A l’origine, la chemise à plastron était portée dans l’Amérique des chercheurs d’or par les cow-boys et les officiers de la cavalerie, mais aussi par les hussards et les hommes du monde. Le plastron soulignait l’invulnérabilité, sociale ou physique à un moment de l’histoire où la violence des rapports humains était moins encadrée qu’aujourd’hui.
Aujourd’hui, la chemise à plastron est un indispensable du vestiaire masculin, à associer avec un smoking ou un frac à l’occasion d’événements type mariage, cérémonie officielle etc.

Poches

Pochette

A l’origine la pochette a un usage d’hygiène assimilé à celui du mouchoir. On la retrouve dès l’antiquité égyptienne sous la forme de pièce de tissu de lin blanc puis durant la Grèce antique, ère pendant laquelle les plus fortunés parfument leur pochette et l’utilise pour se moucher.
Au XIVème siècle, la noblesse française a pour habitude de parfumer des petits carrés de soie afin de se prémunir des odeurs désagréables. L’utilisation du mouchoir devient courante à la fin du siècle, sous le règne de Richard II d’Angleterre qui en est un fervent usager.
Le costume deux pièces qui se développe au XIXème siècle change le mouchoir de place. Celui-ci passe de la poche du pantalon à celle de la veste mais ce n’est que durant les années 1920 que la pochette devient un simple accessoire de mode et perd son usage de mouchoir. Cary Grant et Gary Cooper en font, dans les années 50 et 60, un symbole d’élégance.

Poignets de chemise

Poignets Manchettes

Le poignet manchette à la forme d’un poignet classique. Sa particularité vient du fait qu’il peut se fermer soit comme un poignet classique soit par un bouton de manchette à la manière du poignet mousquetaire.

Poignets Mousquetaires

Le poignet mousquetaire se ferme généralement au moyen de boutons de manchettes que l’on introduit dans les boutonnières prévues à cet effet. La dénomination « mousquetaire » provient de la tenue des cavaliers au service du Roi de France au XVIIe siècle.

Pointe de diamant

Une pointe de diamant désigne une forme d’ornement reproduisant la forme pyramidale de la pointe d’un diamant taillé. Ce motif se retrouve aussi bien dans l’armure de certaines cravates que gravé sur des boutons de manchette ou des briquets.

Popeline

Créée par les tisserands d’Avignon pour le pape et initialement appelée « papeline », à son origine la popeline est un tissu dont le fil de trame est en laine et celui de chaine en soie. Le fil de laine étant plus épais que celui de soie, les fils de chaine étaient donc deux fois plus nombreux que ceux de trame.
A présent, les popelines sont essentiellement en coton mais il y a toujours deux fois plus de fils de chaine que de fils de trame.
La popeline, qui appartient à la famille des toiles et taffetas, a pour caractéristiques d’être absorbante, soyeuse et souple au toucher.

Prince de Galles

Le motif Prince de Galles est basé sur un jeu de carreaux et de lignes horizontales et verticales se croisant à intervalles réguliers, généralement dans des tons allant du blanc au gris foncé, sur un fond gris clair.
Ce tissu, conçu par Charles Redfem à la fin du XIXème siècle, doit son nom au « futur » Edouard VII, alors Prince de Galles, qui adopta ce tissu pour ses tenues de voyage.

Raglan

Le terme « Raglan » se réfère à un type d’emmanchure allant du cou jusqu’à l’aisselle, et par extension, à une coupe de vêtement utilisant ce modèle de manche. Il tire son nom d’un officier britannique, Lord Raglan, qui, amputé à la suite de la bataille de Waterloo, fit adapter les manches de ses vêtements afin qu’ils soient plus faciles à enfiler.

Ramie

La ramie est une plante textile de la famille des orties utilisée depuis plus de 6000 ans en Extrême Orient, ce qui en fait l’une des plantes textiles les plus anciennes.
C’est la cellulose de très bonne qualité constituant les fibres extraites des tiges de la ramie qui confère sa très grande résistance au tissu. Ainsi, un fil de ramie de la grosseur d’un fil à coudre ne peut être cassé à la main.
Ces fibres longues (50 à 250mm), très solides, imputrescibles et brillantes ont valu aux tissus qui en résultent le surnom de soie végétale.
Cette plante peut également être utilisée pour la fabrication du papier. La Banque de France l’a d’ailleurs utilisée à partir de la fin du XIXème siècle dans la fabrication de papier fiduciaire.

Rayures

La rayure a connu des connotations très différentes selon les époques. Associée aux personnages maléfiques pendant le Moyen Age, la rayure perd sa connotation péjorative en étant utilisée sur un grand nombre d’armoiries.
A partir du XIXème siècle, la rayure dite « craie » ou la rayure « tennis » devient très employée pour les costumes de ville.

Rhodium

Métal rare appartenant à la famille du platine, le rhodium est souvent utilisé en bijouterie car il possède la faculté de rendre le produit inoxydable et brillant. On le retrouve dans différents accessoires pour hommes comme les boutons de manchette ou les pinces à cravate.

Seersucker

Le seersucker est un tissu gaufré estival. Le nom Seersucker est originaire d’Inde où on l’appelle « shir-o-shakar ». Ce terme signifie, en Persan, « Lait et Sucre » en référence aux deux textures de ce tissu : la matière douce et lisse (le lait) et la matière froissée et « craquante » (le sucre). Le terme a évolué au 18ème siècle pour devenir « sea sucker » et plus tard « Seersucker ».
L’effet froissé est obtenu par l’utilisation de 2 chaînes, une chaîne de fond à tension constante qui produit la toile et une chaîne à tension légèrement plus forte qui crée l’effet froissé en relief. Cette technique permet d’obtenir un tissu présentant à la fois un aspect lisse en arrière-plan et un effet « gaufré » en avant-plan. Grâce à cette technique, le tissu reste à une légère distance de la peau, ce qui facilite la circulation de l’air et donc la dissipation de la chaleur. Ce tissu est donc une aubaine pour les climats chauds car il « respire » au sens premier du terme.
Traditionnellement à rayures bleues et blanches, le Seersucker est disponible aujourd’hui dans de nombreuses combinaisons de couleurs et de dessins.

Serge

Désigne une armure (mode d’entrecroisement des fils), dont le fil de trame passe sous 1, puis sur 2 ou 3 autres fils de chaîne en décalant d’un fil à chaque passage, ce qui lui donne un effet oblique. Cette armure unie dessine ainsi de légères rayures diagonales dans le tissu.

Smoking

Les deux termes « smoking » et « tuxedo » désignent le même vêtement, mais ils ont une origine différente. Comme son nom l'indique, la veste de smoking désigne la veste d'intérieur que les gentlemen anglais ne portaient qu'au fumoir, afin que leurs habits ne soient pas imprégnés de l'odeur du tabac. Le fils du roi George V, le duc de Windsor, mit fin à cette galanterie en gardant sa veste de smoking pour recevoir ses invités à dîner.
Le smoking se compose d’une veste au boutonnage droit ou croisé et dotée d'un col châle ou cranté dont les revers sont le plus souvent en satin, complété par un pantalon orné d'un galon, d'une chemise à plastron, d'un nœud papillon et d'une ceinture drapée. Après avoir été portée dans les casinos de Monte-Carlo, cette pièce vestimentaire a définitivement perdu sa fonction utilitaire pour devenir dès la fin du XIXème siècle un vêtement habillé.
Le tuxedo tire quant à lui son nom d'un club new-yorkais, le Tuxedo Club, auquel James Potter se rend en 1886 vêtu d'un veston à revers de satin brillant, bousculant alors les codes vestimentaires de l'époque. Cet Américain présenta sa veste comme une réplique de celle que les Britanniques portaient au fumoir, ce qui explique pourquoi "tuxedo" et "smoking" ont toujours été synonymes. Au cours du XIXème siècle, le tuxedo va s'imposer comme la tenue de cocktail ou de soirée et devenir par la suite la tenue favorite de James Bond.

Soie

Fibre textile d’origine animale, la soie est prélevée en filaments continus à partir du cocon d’une chenille, communément appelé « ver à soie ».
La soie est le seul « fil » naturel qui soit continu.
La soie peut être tissée et travaillée de différentes manières afin de faire varier son aspect.

Soie grenadine

La soie grenadine, tenant son nom de sa ville d’origine (Grenade) où elle fut créée au XVème siècle, est obtenue en tissant un fil lui-même composé de deux fils fortement tordus, ce qui permet de créer un tissu léger, présentant des reliefs et des nuances.

Soie madder

A l’origine la soie « madder » était une soie teinte avec un colorant naturel appelé « madder » en anglais, et garance en français.
Aujourd’hui, les teintures modernes permettent de reproduire le rendu d’une teinture madder, à savoir un effet velouté, mat et sombre atténuant les motifs.

Soie Ottoman

Tirant son nom de l’empire ottoman ou il a été créé, il s’agit d’une épaisse soie à côtes tramées. Il désigne aujourd’hui le motif côtelé de certaines cravates en soie.

Stock

La famille « cravat » en anglais, regroupe entre autre l’ascot, la lavallière, le foulard et le stock.
Le stock est un ruban noué autour du cou éventuellement fixé par un pic à lavallière. Il est apparu au 18ème siècle, détrônant la cravate à nœud simple, et est aujourd’hui associé à l’élégance « British ».
Le stock ou ascot peut être nouée par-dessus le col cassé d’une chemise pour un effet formel ou en dessous du col pour un résultat plus décontracté.

Super 120’s, 130’s, 150’s...

Il s’agit de labels de qualité déterminés par l’IWTO (International Wool Textile Organisation).
Plus le chiffre est élevé, plus le fil est fin. Le diamètre de chaque fibre d’une laine 100’s doit mesurer au maximum 18,75 microns. 18,25 microns pour du 110’s, 17,75 pour du 120’s etc.
Il suffit ensuite d’enlever 0,5 microns tous les 10s.

Toile

La plus ancienne des armures est la toile, obtenue en croisant alternativement les fils pairs et les fils impairs de la chaîne, pour laisser passer le fil de trame. Les tissus obtenus n'ont ni endroit ni envers.

Trench coat

Le « trench » signifie « tranchée » en anglais. En 1901, Thomas Burberry créé un imperméable qui donnera naissance quelques années plus tard au trench, un vêtement visant à protéger les soldats de la Première Guerre qui vivaient dans les tranchées. Le coton est tissé très serré, afin d'être le plus imperméable possible face aux intempéries. Deux boucles sont cousues sur l'épaule afin de pouvoir y attacher une casquette et un large rabat est ajouté sur la poitrine, afin d’y appuyer la crosse d’un fusil.
Adopté par les civils, le trench a traversé les époques tout en conservant ses 26 pièces de gabardine de tailles différentes, ainsi qu'une ceinture à passants garnie d'anneaux. Il devient un intemporel d'élégance masculine lorsque Humphrey Bogart l'arbore en 1942 dans Casablanca.

Tweed

Étoffe de laine d'origine écossaise, le tweed vient du verbe « to twill », qui signifie « croiser ».
Le tweed est en effet caractérisé par des motifs obtenus par l'enchevêtrement de fils de trame et de chaîne de couleurs différentes. Ce tissu épais est utilisé pour la confection de manteaux, costumes et tailleurs.

Velours

Renommé pour sa douceur, le velours est un tissu à l’aspect « velouté ». Obtenu par le tissage d’un fil de trame et de fils plus ou moins longs, qui vont ressortir sur l’endroit du tissu.
Originaire d’Orient, le tissu se répand à partir du XIVème siècle dans les grandes villes italiennes. Il s’agissait d’étoffes en soie avec des motifs en velours, constituant le tissu le plus recherché et luxueux. C’est au XIXème siècle que le velours se popularise et se voit adopté par les ouvriers en pantalon à larges côtes.

Viscose

La viscose est un textile d’origine végétale. Dotée d’une grande capacité d’absorption et ne feutrant pas, la viscose, contrairement au polyester, n’est pas statique, mais « respirante », légère et douce. La viscose se teint aisément et les couleurs perdurent dans le temps. Enfin la viscose est biodégradable. On la produit grâce aux résidus de l’industrie forestière sur la base de cultures renouvelables et peu traitées.